La presse en parle...

Les sourds se font entendre - Vannes

 

A Vannes, les sourds du Morbihan ont demandé aux percussionnistes de la troupe des Ploukatak de Questembert de les entraîner en musique du port à l’Hôtel de ville. Une manifestation, dans la bonne humeur, à l'occasion de la Journée mondiale des sourd.

Dans la bonne humeur, annoncées par des percussions endiablées, drapeau de la communauté sourde au vent, plus de deux cents personnes sourdes ont esquissé une flash mob sur les marches de la mairie.


Une Batucada pour visiter Photo de Mer en rythme - Vannes

Les nombreux visiteurs du festival Photo de mer en ont pris plein les mirettes, mais aussi plein les oreilles, ce dimanche après-midi sur l’esplanade du port. Venus de Questembert, une quinzaine de percussionnistes de la batucada Ploukatak ont joué en rythme et proposé un beau spectacle. Les costumes des batuqueiros étaient aussi éclatants que le soleil. De quoi ravir les amateurs de cette musique traditionnelle brésilienne!
© Le Télégramme


Rythmes brésiliens autour des photos de mer - Vannes


Une fête de la musique au beau fixe - Vannes

Fanfare Ploukatak, rive gauche du port, à la fête de la musique de Vannnes. Photo : Laurent Guenneugues
Fanfare Ploukatak, rive gauche du port, à la fête de la musique de Vannnes. Photo : Laurent Guenneugues

Un 21 juin qui tombe un samedi. Une météo absolument parfaite. Les conditions ne pouvaient pas être meilleures pour la Fête de la musique. Tout doucement, vers 20h, le public familial a afflué dans le centre-ville et au port.
L’association Noz’n’roll avait concocté une belle programmation pour les deux scènes installées sur l’esplanade. Et anticipant une plus grande foule cette année, elle avait prévu 50 fûts de bière au lieu de 36 l’année dernière !
Bref, cette édition 2014 de la Fête de la musique a vraiment été une occasion en or de savourer de bons concerts jusqu’à plus soif


La musique met en joie et chasse les nuages - Vannes

Le ciel s'est éclairci, la pluie a retenu son souffle... Une pause bienvenue le temps d'une Fête de la musique colorée et attendue.

Reportage

Il est des moments précieux. Comme ceux d'hier soir. Quand la musique met tout le monde au diapason. Quand la musique dessine des sourires à chaque coin de rue. Et en début de soirée, ce n'est pas la présumée fuite de gaz dans un magasin, qui a paralysé la rue Saint-Vincent pendant une bonne demi-heure, qui a entamé la bonne humeur ambiante.

Un pied de nez au maussade temps, le temps de partager collectivement de beaux moments. Un appel festif à un été qui joue les timides.

Enoalie et Hitchin a Ride ont ouvert le bal de leurs belles et apaisantes voix sur une esplanade du port qui s'est rapidement peuplée de gens heureux. Les musiciens sous le kiosque à musique ont électrisé le public, tout comme l'énergique batucada Plukatak de Questembert.

Une déferlante de rythmes, de sourires, de bonne humeur pour accompagner les danseurs de capoeira rue Le Dressay.

A flâner, la musique jaillissait de partout : du rock avec Palace, place Henri IV ; du jazz avec les Jazz Potes place Valencia ; des chansons de bordée place du Poids-Public ; à Saint-Patern... Plus tôt dans la journée, derrière les portes de la Maison d'arrêt aussi avec de belles histoires savamment contées en musique.

Il est des moments précieux qui donnent envie que tous les jours tombent le 21 juin pour vibrer et se trémousser. Quand la musique met de la joie dans les coeurs et dans la ville, même si ce n'était pas la foule des jours de grand beau temps.

Isabelle JOHANCIK.


Succès populaire au Festival des Garennes - La Roche-Bernard

Comme l’année dernière, le Festival des Garennes de la Roche-Bernard, a tenu toutes ses promesses avec une programmation éclectique qui a su ravir toutes les générations. Samedi, en fin d’après-midi, c’est la fanfare Ploukatak qui a lancé en trombe le festival. La formation, originaire de Questembert, a chauffé le public, en déambulant sur le port et dans les rues de la Roche-Bernard, au rythme endiablé des percussions.

Beaucoup de passants se sont laissés aller à quelques pas de samba comme Marcia et Kees, venus en touriste. « On ne peut pas s’empêcher de danser. » Pour Catherine et Christine, c’est une très bonne initiative. « Ça dépote. C’est super dansant et ça donne vraiment l’envie de voir la suite. »

Le groupe nantais, Malted Milk, a été le premier à monter sur scène. Il a joué son répertoire survitaminé de soul, de funk et de blues. Malgré le petit retard et le risque d’annulation, le public a répondu présent.

Des concerts de qualité

Fabienne et Geneviève, habituées du festival, apprécient la programmation. « Il y a des concerts de qualité et en plus, c’est gratuit. » À sa sortie de scène, Arnaud, chanteur de Malted Milk signe quelques dédicaces. « C’est super cool qu’on ait pu jouer. L’ambiance était bonne même s’il a fallu booster le public en début de concert. »

Le groupe Ocho y Media a pris le relais avec ses rythmes de salsa. Claudia, la chanteuse, et Julie, le trompettiste, ont enchainé des chorégraphies enflammés au son des cuivres, pour le plus grand plaisir du public.

Et c’est la Fanfare en Pétard qui a clôturé en beauté le festival avec une prestation scénique hors-norme mêlant le hip-hop, le ragga et le dub électro. Si le public a été un peu refroidi par l’attente entre les artistes, la Fanfare Ploukatak a assuré avec brio et énergie les transitions pour réchauffer les corps et les esprits.

Yoann ETIENNE


Pont du rock : La Batucada Ploukatak, joyeuse bande - Malestroit

Cette bande de copains de Questembert anime le site du festival sur des rythmes traditionnels brésiliens. Dépaysement assuré!

Vêtements de couleurs orange, verte et blanche. Tambourins, caisses claires et cloches. La Batucada Ploukatak ne passe pas inaperçue au festival du Pont du rock à Malestroit, ce week-end!

Une bande de potes
Originaire de Questembert, de Malansac et des alentours, cette formation est avant tout une bande d'amis et de copains. «Nous ne sommes pas une école mais une association à but non lucratif», tient à préciser Hervé Hubert, le meneur de cette «folle» équipe. Formée il y a maintenant six ans sous son impulsion, la Batucada Ploukatak est composée d'une vingtaine de musiciens, de 20 à 50 ans. Treize filles côtoient une dizaine de garçons.

Des accents de Brésil
Le répertoire de cette bande joviale est fortement influencé par le Brésil et plus particulièrement par la samba. «Nous jouons de la samba de Rio, de la samba reggae et de «l'afoxe», un rythme du Nord du pays. Ainsi nous faisons voyager du Nord au Sud!», révèle Hervé. Les musiciens ont plusieurs instruments: une section cloches appelées «Agogo», une section tambourins, des caisses claires, des sourdos et des graines pour «shaker» (secouer en anglais). La joyeuse troupe joue tout au long du festival, en centre-ville, sur le site et même dans le camping, pour réveiller les festivaliers encore endormis! «Notre grand avantage, c'est que nous pouvons jouer n'importe où! Nous n'avons besoins que de nos instruments et ensuite c'est parti pour le spectacle! On peut se déplacer sans soucis», souligne le meneur. Et le festival prend alors presque des accents de Brésil. «Je mène la troupe avec mon sifflet et avec un système de signes, pour lancer des appels et guider la troupe», indique Hervé. Et pourquoi ce nom de «Batucada Ploukatak»? «Batucada car c'est un genre de musique brésilienne et Ploukatak c'est un peu notre cri de guerres, à nous qui sommes de la campagne», explique Hervé.

Charlotte Bahuon