Les intruments de la batucada

Le surdo

 

 

Le surdo est un fût droit, large et profond dont le son grave assure les basses et assoit la structure rythmique en battant le tempo. Il est généralement construit en métal et ses membranes peuvent être naturelles ou synthétiques. Il existe des surdos de différentes tailles (de 16 à 26 pouces de diamètre).


La caisse claire

 

La caixa ou tarol est une caisse claire, un peu comme celles que l'on peut trouver sur des batteries de rock'n roll. Cependant, à la différence de ces dernières, son timbre est généralement constitué d'un simple fil d'acier tendu en travers de la peau de frappe. Elle sert elle aussi d'accompagnement en assurant un continuum rythmique.


Le repinique

 

 

Le repinique (parfois aussi appelé repique) est un tambour d'accompagnement de même proportions que le surdo mais environ 3 fois plus petit, et au son clair. Il est aussi utilisé pour des phrases d'appel (démarrages, arrêts des morceaux). Le fût est aussi en métal, ses membranes sont synthétiques.


Le tamborim

 

 

 

Le tamborim est un tambourin sans cymbale. Le son est particulièrement sec et aigu. Il sert à effectuer des phrases rythmiques qui ponctuent les morceaux et les font vivre.


L'agogô

 

 

 

 

L'agogô est une cloche à deux tons (parfois trois ou quatre, voire cinq). Il assure une fonction intermédiaire entre la rythmique et la mélodie.


Le chocalho

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chocalho ou chapinhas est un ensemble de petites cymbales montées sur un réseau de tringles. Le son qu'il produit est répétitif et aigu, et vient renforcer l'accompagnement offert par les caixas.


L'apito

 

 

L'apito est un sifflet à un ou trois tons. Il permet au chef de batterie d'attirer l'attention de ses musiciens pour les diriger par des signaux conventionnels.